Flume

Flume album

On en parlait déjà lors de la sortie du premier EP d’Hayden James, son collègue chez Future Classic, les australiens qui réconcilient enfin musique et kangourous. Flume ne cesse de se faire remarquer, il faut l’avouer et il semble désormais faire parti des artistes qui souffriront de la répétition…

Auteur d’un premier album éponyme sorti début novembre, il y a tout juste un an, ce nouvel opus est d’une rare variété mais son angle est pourtant parfaitement clair et cohérent. On ne s’étonne pas de passer d’un morceau aux références rap à du chill en bonne et due forme. On pourra bientôt analyser plus à fond son point de vue…

En effet, il faudra parler à nouveau de lui le 8 novembre alors qu’il sortira une version Deluxe de ce même album augmenté d’une intro, d’un inédit et d’un remix. Cette édition devrait prendre la forme d’une mixtape, parfaisant sans doute la cohérence de son originale.

C’est pourtant grâce à son remix du déjà excellent titre You & Me de Disclosure que l’on entend parler de lui cette semaine. Quel remix de génie, il faut bien le dire ! Non seulement a-t-il occupé les Facebook walls de tous les électro-bobos ces derniers mois, en particulier ces trois dernières semaines, mais aussi les dancefloors. Ce n’était pourtant pas gagné pour un titre qui reste low-beat dans sa version originale et dont le remix prend le parti de détendre encore ce rythme et d’y ajouter des cordes tant enlevées que dramatiques. La transformation est incroyable. relevant domain names . Si l’esprit du morceau est conservé, son échos musical a subi une réelle mutation.

Celui-ci a connu tellement de succès qu’il est le sujet d’un clip depuis dimanche (22 octobre ndlr). On peut avoir le sentiment que le clip s’est fait attendre, ce qui est d’autant plus surprenant que peu de remix en sont gratifiés.

En somme, une vidéo à l’esthétisme léché, s’il ne fallait choisir qu’un mot. Une lumière aussi rose qu’incroyable; electrokid et douce à la fois, vive et agressive, chaleureuse et polie. On sent qu’au coeur de la réalisation résidait le soucis de la correspondance entre image et musique. Flashs et beats s’entremêlent alors et l’on semble ne plus vouloir embrasser que sur cette mélodie tellement l’accord est parfait, le désir, la passion et l’envie savamment reproduits.

Cela est-il peut être chauvin, on ne parlera alors pas d’hommage ni bien même de référence mais ce clip appelle à la reminescence du baiser nineties du tube club You Are High des français Demon vs Heartbreaker. Alors que l’on devine l’étendue de la connaissance musicale electro du si jeune australien dans ses productions, il est difficile de ne pas voir le lien.

Flume, Flume, Flume et re Flume encore ! Il sera également à Paris pour un show au Trianon le 18 novembre. D’ici 2014, il nous laissera peut-être tranquille, mais rien n’est moins sûr.

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire