Elsa Schiaparelli

schiaparelli_articleElsa est une petite fille extravagante, emmenée en voyage par ses riches parents aristocrates italiens, qui encouragent sa créativité.

Attirée par les arts, elle rêve d’évoluer dans le milieu artistique parisien, ce à quoi son caractère frondeur lui permet d’accéder. Sentant le vent ornemental tourner, elle souhaite porter des tenues aussi marquantes que la mode précédente, mais par leur aspect graphique et impertinent. Sa première création, tricotée pour son usage personnel par une voisine, est un pull noir et blanc en maille avec un nœud en trompe-l’œil.

Les mondaines s’extasient, elle monte en 1927 sa boutique “Pour le Sport”, qui fera grande concurrence à sa rivale, Gabrielle Chanel. À l’écoute des nouveautés artistiques et des grands bouleversements de société, elle propose de nombreuses créations marquantes, généralement imaginées autour d’un détournement: chapeau-chaussure, sac-téléphone, tailleur à poches-tiroirs en trompe l’œil inspiré d’une œuvre de Dali, robe squelette, motif papier journal (repris plus tard par John Galliano comme signature de sa marque homonyme), combinaison à poches géantes de la collection Carry and Cash pour emporter le nécessaire lors des alertes à la bombe de la 2ème guerre mondiale.

Schiaparelli 2

Bussinesswoman avisée, elle s’inspire du buste moulé de Mae West (star pour laquelle elle a réalisé des costumes de cinéma sans que celle-ci ne se déplace pour les essayages), qui traine dans son atelier, pour créer la bouteille de son parfum Shocking. Le parfum fera scandale et lui assurera de phénoménales recettes! Cette bouteille inspirera largement beaucoup plus tard celle d’un autre classique de la parfumerie signé Jean-Paul Gaultier.

Cela n’empêchera pas Schiap’ de mettre la clef sous la porte à l’heure du retour à la féminité sage et pondérée des années 1950. Suite à des difficultés financières, elle ferme sa maison de couture en 1954 et part s’installer à New York.

Après 60 ans d’absence, la marque est relancée en 2012, au 21 de la place Vendôme, siège historique de la maison par Diego Della Valle, l’homme à la tête de la griffe Tod’s.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.