Les Zazous

zazous_articleLe mouvement Zazous voit le jour en France dans les années 40. Les Zazous s’inspirent des Zoot Suiters, ces jeunes afro-américains des années 30, férus de musique Jazz, qui détournèrent en signe de contestation les codes vestimentaires de leur époque.

Nos Zazous Hexagonaux reprennent de leurs cousins d’Amérique le goût pour la musique Swing et la volonté de se distinguer.

Zazous 3

En période de pénurie, leur tenue délibérément excessive est un signe de provocation envers l’occupant Nazi. L’habit est trop long, ils arborent une chevelure dense et huilée alors que le régime de Vichy prône le cheveux ras. Enfin, un parapluie fermé en toute occasion, devenu accessoire indispensable car inutile, complète leur tenue.

Le régime de Vichy glorifie le travail, l’ordre et la famille. Le Zazou lui, traîne avec ses amis à la terrasse des cafés, parle de politique avec sarcasme et ironie, organise des soirées dansantes clandestines. Il est également amateur de cinéma et de distractions jugées frivoles.

Cet esprit de contradiction exprimé devient en quelque sorte une forme de résistance passive.

Certains Zazous iront même jusqu’à s’afficher avec une étoile jaune marquée “Zazou” en signe de provocation. Ils seront arrêtés et envoyés au camp de Drancy mais fort heureusement finiront par être libérés.

Pour le régime, ils symbolisent une frange de la jeunesse tire-au-flanc, égoïste et antipatriote. Ils vont devenir la cible préférée de l’organisation de la jeunesse fasciste qui les traquent jusque dans les bars, tondeuse à la main en criant “Scalpez les Zazous”.

Ils se réfugient dès lors peu à peu dans la clandestinité en se terrant dans les clubs en sous-sol.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.