New Order

Neworder_article

Ou l’histoire d’un groupe qui à su se ré-inventer après le suicide de son leader…

Avec la perte de Ian Curtis, les autres membres de Joy Division ont malgré tout tenu à continuer l’aventure. Désormais reformés sous l’identité « New Order », et renforcés de la claviériste Gillian Gilbert ; ils sortent leur premier album en 1981 avec des compositions encore très marquées par l’ombre de leur ancien chanteur.

Leur véritable identité musicale est encore en gestation, mais prendra un tournant définitif vers la musique dance avec la sortie de « Blue Monday » sur Factory Records, qui deviendra un des éléments fondateurs de la musique électronique.

La voix de Bernard Sumner ainsi que la basse bondissante d’Hooky s’adapteront a merveille a cette nouvelle direction musicale.
Le sublime « Power, Corruption & Lies » sortira la même année en 1983 et confirmera les mancuniens dans la cour des grands.
A ce moment l’histoire de New Order est étroitement liée avec la Hacienda, club fou de Manchester qu’ils financent (en bonne partie, grâce aux ventes de « Blue Monday »), et ce jusqu’à la fermeture de ce dernier.

Après un hiatus de presque 10 années, le groupe reviendra en 2001 avec « Get Ready » et touchera encore une nouvelle génération de musiciens / clubbers, qui découvrent alors l’influence gigantesque qu’à eu New Order sur la musique électronique moderne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.